Technologie et Innovation

La révolution des mégadonnées en faveur du développement durable


Comment l’information recueillie sur les réseaux mobiles peut aider les pays en développement à atteindre leurs objectifs de développement durable


Affiché par Brian Banks le 16 janvier 2019

Sriganesh Lokanathan (à droite) et Yashothata Shanmugarajah échangent leurs idées sur l’activité économique révélée par l’analyse des mégadonnées de réseaux mobiles à Colombo, au Sri Lanka. (Photo : LIRNEasia)

La technologie qui permet de savoir où se trouve un utilisateur de téléphonie mobile et de lui envoyer des publicités ciblées peut-elle aussi servir à réduire la pauvreté, à juguler les maladies et à créer des infrastructures plus adaptées et plus équitables dans les pays en développement ?   

C’est une question insolite, mais intéressante. C’est aussi la question qui trotte ces jours-ci dans la tête de Sriganesh Lokanathan, chef du volet Asie du Sud d’un projet de deux ans du CRDI. Ce projet vise à aider les pays de l’Asie du Sud, de l’Afrique et de l’Amérique latine à utiliser les « mégadonnées » — cette montagne d’information numérique recueillie à partir des registres administratifs, des transactions commerciales, des médias sociaux ainsi que des capteurs et des dispositifs de localisation, y compris les réseaux de téléphonie mobile — en vue d’atteindre les Objectifs de développement durable des Nations Unies, ou ODD.

Ce projet a été inspiré par l’appel des Nations Unies à « une révolution des données pour un développement durable » en 2017, à la suite de l’adoption des 17 ODD en 2015. Sriganesh Lokanathan, chef de la recherche sur les mégadonnées au LIRNEasia, un centre d’études et de recherches en politiques des technologies de l’information et des communications situé à Colombo, capitale du Sri Lanka, s’intéresse toutefois à cette question depuis 2012.

Au début, ce scientifique des données et expert en politiques qui a étudié aux États-Unis, à Singapour et en Afrique du Sud, était quelque peu en tête du peloton. « C’était comme si j’allais de porte en porte et que je demandais : Avez-vous entendu parler des bienfaits des mégadonnées ? », explique-t-il.

Ce qu’il constatait déjà à l’époque (et que les NU et de nombreux stratèges et responsables de gouvernements reconnaissent aujourd’hui formellement), c’est que les mégadonnées offrent une mine d’information démographique et socioéconomique à jour pouvant aider les pays en manque de données à mettre au point des politiques en vue d’atteindre les ODD et de mesurer les progrès accomplis.  

« Les recensements n’ont lieu que tous les dix ans. Ils sont chers et l’on ne peut y recourir fréquemment, explique M. Lokanathan. Alors où puiser les renseignements ? »

Pendant la première année du projet du CRDI, la majeure partie du travail de M. Lokanathan s’est concentrée sur le volet stratégique : créer des coalitions avec le secteur privé et le gouvernement au Sri Lanka et dans toute la région. Mais ses recherches précédentes ont souligné le potentiel des données relatives à l’utilisation de téléphones mobiles.  

« Chaque fois qu’on place ou reçoit un appel ou un texto, le système enregistre le numéro du téléphone émetteur, celui du téléphone destinataire et la station qui a établi le contact », explique-t-il.  Son équipe travaille avec plusieurs entreprises de téléphonie mobile de deux provinces du Sri Lanka, dont Colombo et sa région, pour obtenir les registres d’appels, évidemment dépouillés des données permettant d’identifier les personnes afin d’assurer l’anonymat.

Son équipe et lui effectuent des analyses — un énorme effort de compilation effectué au moyen de leur propre parc de serveurs conçu à cet effet — afin d’extraire des observations fondées sur les données d’appel elles-mêmes ou en combinant ces données à d’autres provenant de caméras de surveillance de la circulation, de satellites et des médias sociaux. Les résultats apportent des renseignements éclairants sur les tendances en matière de mobilité et d’utilisation des sols, la densité de population (par heure, par jour, par semaine), les flux de circulation et l’utilisation des systèmes de transport, les activités économiques informelles et bien d’autres sujets. Ils ont aussi mis en évidence le potentiel des données de téléphonie mobile pour prévoir l’émergence d’éventuels vecteurs de maladies.

« Une des choses que nous voulons comprendre, par exemple, est la façon dont les gens entrent et sortent des villes, d’où ils viennent et où ils vont, dit le chercheur. On peut aussi commencer à comprendre un peu mieux qui est riche et qui est pauvre en se fondant sur le secteur d’où vient une personne. »

Ceci, ajoute-t-il, nous aide à répondre à des questions telles que : Est-ce les gens pauvres doivent se déplacer davantage pour aller travailler ? « En comprenant mieux la situation à cet égard, on pourra prendre les décisions qui s’imposent en matière de transport. »

Un des principaux avantages des mégadonnées de téléphonie mobile est qu’elles concernent tous les segments de la population. Au Sri Lanka en 2016, on comptait 118,5 abonnements à un service de téléphonie mobile pour 100 personnes, comparativement à 32 abonnements à Internet pour 100 personnes. Ces rapports sont comparables dans la majeure partie du monde en développement.

Sriganesh Lokanathan insiste cependant sur le fait que, pour prendre des décisions éclairées, il ne faut pas se contenter de tirer des données d’une seule source, mais plutôt les combiner avec d’autres renseignements. « On doit prendre ces mégadonnées, y ajouter des statistiques officielles et trouver le moyen de les utiliser ensemble. C’est ainsi qu’on arrive à un portrait clair. »

Dans le même ordre d’idée, un des grands objectifs du travail de M. Lokanathan avec le CRDI consiste à contribuer à la création de réseaux de spécialistes en utilisation des mégadonnées dans tout le monde en développement. « Selon mon scénario idéal, conclut-il, dans deux ans, au moins la moitié de ce que je fais actuellement dans d’autres pays sera accompli par quelqu’un d’autre. »

Pour les enseignants : téléchargez le cahier d’exercices qui complète l’article
Faites connaître à vos élèves l’extraordinaire travail du Centre de recherches pour le développement international dans le monde. Chaque livret contient un exemplaire du blogue et diverses activités qui permettront à vos élèves de mieux saisir le rôle crucial que joue le Canada dans les pays en développement.

Cliquez ici pour télécharger le cahier d'exercices


Ce billet fait partie d’une série d’articles qui porte sur des projets soutenus par le Centre de recherches pour le développement international et qui est présentée en partenariat avec Canadian Geographic. Un blogue par mois sera diffusé sur le site idrc.canadiangeographic.ca.

Depuis 1970, le Centre de recherches pour le développement international joue un rôle de premier plan dans le programme d’aide du Canada en investissant dans le savoir, l’innovation et les solutions propres à améliorer les vies et les moyens de subsistance dans le monde en développement. Plus à crdi.ca