Technologie et Innovation

La révolution de la monnaie numérique au Mexique


Comment des familles mexicaines à faible revenu peuvent accéder à leur argent à partir de leur cellulaire et transformer leur vie grâce au programme de transactions bancaires Prospera Digital.


Affiché par Alanna Mitchell le 20 juin 2017

À 42 ans, Teresa de Jesus Palacios, bénéficiaire du projet Prospera du Mexique, se sert de son téléphone cellulaire devant sa maison à Tres Picos dans l’État du Chiapas. Un nouveau volet du projet, appelé Prospera Digital, vise à permettre aux femmes comme Teresa de bénéficier des allocations de Prospera grâce aux transactions bancaires mobiles. (Photo: IDRC/James Rodriguez)

Tous les deux mois, des millions de femmes mexicaines entreprennent un pèlerinage vers les caravanes du gouvernement et autres points de service officiels afin de recevoir une enveloppe remplie de billets de banque.  

Elles reçoivent cet argent en espèces dans le cadre d’un programme national d’inclusion appelé Prospera, qui vise à aider les femmes à faible revenu à nourrir, vêtir et faire instruire leurs enfants. Il s’agit d’un programme de grande envergure qui concerne 7 millions de femmes provenant de 120 000 collectivités et qui totalise 4 milliards de dollars américains par an.

Mais pourquoi ces femmes doivent-elles se déplacer plutôt que de simplement aller à la banque ? Parce qu’environ 5,6 millions d’entre elles ne sont pas « bancarisées » : elles ont un compte à la Bansefi, la banque nationale d’épargne et de services financiers du Mexique, mais il n’existe pas de banques, de guichets automatiques ou même de terminaux de point de vente dans les collectivités rurales dans lesquelles elles habitent.

La distribution des allocations est un processus onéreux en temps et en argent à la fois pour ces familles et pour le gouvernement. Les femmes doivent souvent payer l’autobus et craignent en plus de se faire voler ou attaquer sur le chemin du retour.  

La monnaie numérique est la solution, selon Gloria Mayne Davó, coordonnatrice de programme à Mexico de l’organisation régionale DIRSI, qui effectue une recherche sur les politiques et les règlements en matière de technologies de l’information et des communications et leurs répercussions sur la pauvreté. DIRSI collabore avec le bureau du premier ministre du Mexique Enrique Peña Nieto en vue de trouver un moyen d’acheminer cet argent aux femmes de façon sûre, économique et facile grâce à un programme appelé Prospera Digital. Les habitants des collectivités rurales n’ont pas accès aux banques mais beaucoup disposent d’une couverture de services mobiles et plusieurs possèdent même un appareil. Ce qui signifie qu’après une formation adéquate, ces femmes pourraient recevoir leurs allocations Prospera sous forme de paiement électronique.

Comment les orienter vers l’ère du « sans-espèce » ?

Grâce à la subvention de départ de 178 000 $ reçue l’an dernier du Centre de recherches pour le développement international, les chercheurs de DIRSI se sont employés à déterminer ce qu’il faudrait pour que les femmes utilisent les systèmes bancaires numériques.

Ils ont commencé par regarder comment fonctionnait le système de banque électronique dans d’autres pays, comme le Paraguay, la Colombie, le Chili et le Pérou. Cela impliquait aussi de cartographier la couverture de services mobiles au Mexique et de repérer les petites entreprises pouvant faire office de points de service. Il fallait en outre cerner les barrières culturelles au système bancaire électronique.

Un point essentiel était le fait que les femmes ne faisaient pas confiance au gouvernement et à ses services. Elles craignaient que le gouvernement suive leurs dépenses électroniques. Certaines avaient du mal à saisir la notion même d’argent électronique par rapport aux billets de banque qu’elles pouvaient toucher.

Par exemple, les 1,5 million de bénéficiaires du programme  Prospera qui vivent dans une ville ou à proximité et qui ont accès à une banque ou un guichet automatique ont tendance à retirer aussitôt la totalité de l’argent qu’elles reçoivent six fois par année. L’argent en espèces est roi.

« Elles ont peur que l’argent disparaisse un jour de leur écran de téléphone, explique Ben Petrazzini, spécialiste principal de programme au CRDI en Uruguay. Une fois que nous aurons convaincu quelques-unes d’entre elles de l’utiliser, elles verront qu’elles peuvent s’y fier. » 

La deuxième phase du programme est un projet pilote, qui bénéficie d’une subvention de 750 000 $ du CRDI. Il a deux volets : aider 30 000 femmes urbaines qui utilisent déjà des cartes débit à passer aux transactions bancaires mobiles; aider un échantillon de femmes de milieu rural ou semi-urbain qui reçoivent actuellement leurs allocations en espèces à passer au débit ou au mobile. Le but consiste à étendre le projet pilote à une partie des 5,6 millions de femmes de collectivités rurales du programme Prospera au début de 2018. L’objectif ultime est de montrer d’ici la fin de l’année prochaine — au changement de présidence — de quelle façon la numérisation de Prospera pourrait profiter aux 7 millions de femmes. «  Nous voulons devenir le cœur de l’ADN de Prospera », déclare Gloria Mayne Davó.

Mais il ne s’agit pas uniquement d’argent. Prospera Digital vise ultimement à aider les femmes à faible revenu à acquérir des compétences numériques et accroître leur littératie financière. Cela pourrait ouvrir d’autres possibilités. Avec le temps, Prospera Digital pourrait inciter les femmes à économiser, à modifier leurs habitudes de consommation et peut-être même à ouvrir une ligne de microcrédit pour lancer une petite entreprise.

Selon Gloria Mayne Davó, c’est une stratégie qui a porté ses fruits dans d’autres pays. Au Kenya, où des familles à faible revenu ont adopté le système bancaire électronique, la pauvreté a décliné, les femmes ont gagné une plus grande maîtrise des finances familiales et certaines se sont lancées en affaire, ajoute-t-elle.

Pour Ben Petrazzini, Prospera Digital « est l’entrée dans la vie numérique. Une porte sur un monde entièrement nouveau est en train de s’ouvrir ».

Pour les enseignants : téléchargez le cahier d’exercices qui complète l’article
Faites connaître à vos élèves l’extraordinaire travail du Centre de recherches pour le développement international dans le monde. Chaque livret contient un exemplaire du blogue et diverses activités qui permettront à vos élèves de mieux saisir le rôle crucial que joue le Canada dans les pays en développement.

Cliquez ici pour télécharger le cahier d'exercices


Ce billet fait partie d’une série d’articles qui porte sur des projets soutenus par le Centre de recherches pour le développement international et qui est présentée en partenariat avec Canadian Geographic. Un blogue par mois sera diffusé sur le site idrc.canadiangeographic.ca.

Depuis 1970, le Centre de recherches pour le développement international joue un rôle de premier plan dans le programme d’aide du Canada en investissant dans le savoir, l’innovation et les solutions propres à améliorer les vies et les moyens de subsistance dans le monde en développement. Plus à crdi.ca