Agriculture et environnement

La sécurité alimentaire dans le monde : Une décennie d’efforts


Cinq projets du Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale transforment des vies.


Affiché par Brian Owens le 18 décembre 2018

Une femme vérifie l’état de santé d’un champ de pommes de terre en fleur à El Socorro, en Colombie. Un projet financé par le Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale a contribué à développer une nouvelle variété de pommes de terre jaunes nutritives. (Photo : CRDI/Bartay)

Pendant près de 10 ans, le Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale a financé des projets visant à améliorer la sécurité alimentaire dans le monde en développement. Ce fonds a été créé en 2009 pour répondre à la crise des prix des denrées alimentaires provoquée par la récession de 2008. Financé par le CRDI et Affaires mondiales Canada, ce Fonds doté de 124,5 millions de dollars a appuyé 39 projets, qui ont touché 78 millions de personnes selon les estimations. « Nos projets s’attaquent non seulement à la disponibilité des aliments mais aussi à leur accès et à leur qualité et se concentrent sur les petites exploitations, les cultures négligées, les femmes et les enfants », précise Renaud De Plaen, chef du programme d’agriculture et de sécurité alimentaire au CRDI.

Voici cinq grandes réussites de ce programme, qui prend fin en décembre 2018.

L’agriculture familiale pour l’avenir – Cambodge
Ce projet a pour objectif d’améliorer la nutrition et de procurer un revenu aux agriculteurs de subsistance du Cambodge en leur offrant de la formation et du matériel visant à améliorer leurs petites exploitations. Les participants ont le choix entre quatre possibilités : un jardin potager dans leur cour, un potager et un étang, un potager et des volailles ou un potager avec des poissons et des volailles. Pour leur donner un rôle dans leur réussite, ils doivent fournir 30 % des coûts d’aménagement.

Près de 3700 ménages dans quatre provinces ont participé au projet. Ils ont produit une quantité considérablement accrue de fruits, de gros poissons, d’œufs et de volailles par rapport au groupe témoin, ainsi qu’une plus grande variété de légumes. On a également observé une nette baisse des taux de carence en zinc, thiamine, riboflavine et vitamine A chez les femmes et les enfants.

Les résultats de ce projet contribueront à éclairer le gouvernement cambodgien dans l’élaboration de sa stratégie nationale quinquennale concernant la sécurité alimentaire et la nutrition. 

Augmenter la production des légumes indigènes – Afrique de l’Ouest
Deux précédents projets ont permis de mettre au point des méthodes innovantes de culture de légumes indigènes au Nigeria et au Bénin, en faisant appel au microdosage des engrais et à une gestion améliorée de l’eau. Le but de ce projet consistait à trouver des moyens de favoriser l’adoption de ces techniques dans toute la région.

La plateforme d’innovation en micro-légumes élaborée dans le cadre du projet a touché près de 340 000 paysans dans les deux pays; elle a contribué à accroître la superficie des terres cultivées, surtout par des femmes, et à améliorer les rendements et les revenus. Elle a en outre permis de trouver de nouveaux moyens de traiter les aliments, de créer une valeur ajoutée aux produits et de fournir des occasions d’affaires aux paysans de ces régions rurales.

Sel doublement enrichi – Inde
Le sel enrichi d’iode est déjà commun partout dans le monde. Des chercheurs du Canada et de l’Inde ont consacré presque deux décennies à mettre au point, à tester et à améliorer une méthode pour également enrichir le sel de fer afin de prévenir l’anémie et les carences en fer, qui constituent la forme la plus commune de malnutrition dans le monde.  

Une fois le sel prêt, le CRDI a œuvré à l’obtention de l’approbation règlementaire par le gouvernement indien et au soutien des processus de fabrication et de distribution dans le pays. « Nous l’avons introduit dans le système de distribution public et, à la fin du projet, le produit atteignait plus de 50 millions de personnes », explique Wendy Manchur, agente de programme au Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale.

Nouvelles variétés de pommes de terre jaunes – Colombie
Les pommes de terre jaunes constituent une culture de base en Colombie, mais elles ont tendance à avoir de faibles rendements et sont susceptibles au mildiou. C’est ainsi que paysans, sélectionneurs de végétaux et scientifiques ont conjugué leurs efforts pour mettre au point trois nouvelles variétés qui possèdent un rendement supérieur de 40 %, un taux de protéines multiplié par deux et 20 % de plus de fer et de zinc, tout en étant résistantes au mildiou.

Dans le cadre de ce projet, on a aussi mis sur pied sept groupes d’entrepreneurs ruraux qui collaborent pour produire des semences de haute qualité destinées aux agriculteurs. Ainsi, 16 % de la production de pommes de terre jaunes du pays ont été remplacées par les nouvelles variétés, maintenant consommées par plus de six millions de personnes.

Des aliments fermentés pour la vie – Ouganda
Le yogourt probiotique et d’autres aliments fermentés favorisent la prise de poids chez les adultes et les enfants souffrant de malnutrition, réduisent les éruptions cutanées, combattent la diarrhée, renforcent l’immunité des patients atteints du VIH et réduisent l’absorption des métaux lourds et des aflatoxines chez les femmes et les enfants. Mais en Afrique, la production de yogourt ciblait principalement les marchés urbains ou n’était accessible ailleurs qu’en très petites quantités en raison du manque de cultures bactériennes de longue conservation.

La situation a changé grâce à la mise au point de bactéries lyophilisées à prix abordable qui ne requièrent pas de réfrigération et permettent la production locale de 100 litres de yogourt en 24 heures. Le CRDI a contribué à la mise en place d’un modèle d’entreprise favorable aux plus démunis en vue d’encourager les installations de production locales et de créer de nouveaux marchés pour les producteurs de lait, ainsi que de nouveaux emplois et des revenus supplémentaires, surtout pour les jeunes et les femmes.

Près de 260 000 enfants et adultes ont commencé à consommer des aliments probiotiques favorables à la santé en Tanzanie, au Kenya et en Ouganda.

Pour les enseignants : téléchargez le cahier d’exercices qui complète l’article
Faites connaître à vos élèves l’extraordinaire travail du Centre de recherches pour le développement international dans le monde. Chaque livret contient un exemplaire du blogue et diverses activités qui permettront à vos élèves de mieux saisir le rôle crucial que joue le Canada dans les pays en développement.

Cliquez ici pour télécharger le cahier d'exercices


Ce billet fait partie d’une série d’articles qui porte sur des projets soutenus par le Centre de recherches pour le développement international et qui est présentée en partenariat avec Canadian Geographic. Un blogue par mois sera diffusé sur le site idrc.canadiangeographic.ca.

Depuis 1970, le Centre de recherches pour le développement international joue un rôle de premier plan dans le programme d’aide du Canada en investissant dans le savoir, l’innovation et les solutions propres à améliorer les vies et les moyens de subsistance dans le monde en développement. Plus à crdi.ca